Différentiel et trompettes (2/6)


 

Page créée le :

03 Février2006

 

Dernière modification le :

03 Février2006

 

MF 1959, Septembre 2004 :

Démontage des trompettes pour inspection du différentiel, des roulements, et nettoyage.

Il n'y a pas de bouchon de vidange dans ce compartiment. De la mayonnaise et de la limaille restent au fond du carter.

Pour sortir le différentiel, il faut démonter la trompette gauche.

On voit, au dessus du roulement conique, la tôle qui récupère une partie de l'huile entrainée par la grande couronne, et la dirige vers le roulement, par l'intermédiaire d'un petit trou dans la trompette.

Cette huile ne lubrifie pas les roulements de roues.
Ceux-ci ne sont que graissés. Les joints spi internes des trompettes interdisent le passage de l'huile dans les roulements. Si vous constatez des fuites dans les freins, ce sont les joints internes qui sont défectueux.
Démontage pour nettoyage et remplacement de la graisse des moyeux arrières une fois par an (manuel d'entretien du MF 835).

Dans le fond du carter, l'arbre de prise de force qui passe sous le différentiel.

 

 
 

Vue de la trompette gauche avant nettoyage.

La pièce vissée, à droite du roulement est la plaque de butée de la couronne.
C'est elle qui encaisse l'effort latéral du couple conique. La grande couronne frotte sur la partie lisse.

Dans la partie haute de cette pièce, il y a une gorge moulée qui dirige l'huile récupérée vers le trou visible au dessus du roulement conique. Cette huile retombe dans la trompette, devant le bossage visible, et doit traverser le roulement pour rejoindre le carter.

Vue de la trompette droite avant nettoyage.

On voit très bien sur cette vue, le trou par lequel l'huile dirigée par la tôle de la photo du dessus, rejoint le roulement.

La pastille à gauche du roulement bouche le trou qui contient la bague en bronze de l'axe de frein droit.

L'écrou en bas correspond à l'axe du stabilisateur droit. Si de l'huile coule au niveau de cet axe, c'est lui qu'il faut reserrer.

 


Le différentiel est impeccable. Pas la moindre usure sur la couronne.

On voit le fil de fer qui freine les vis de serrage du boitier.

 

Vue du pignon à queue, monté sur deux roulements coniques, plus un roulement a rouleaux cylindriques sur son pilote.
Le carter est très bien renforcé par deux nervures venues de fonderie, pour supporter l'effort important du couple conique.

On voit la fixation de la tôle de récupération d'huile.

En dessous, le roulement à aiguilles dans lequel tourne la prise de force.

 

 

Le carter du différentiel nettoyé,

de même que celui de la pompe hydraulique.

 

 
 

Un arbre de roue nu, après nettoyage.

Pendant que c'était démonté, le bout des arbres et les carters des roulements ont été peints, les joints extérieurs changés.

 

Photo de gauche :

tout est remonté dans le carter de la pompe hydraulique.
Il n'y a plus qu'à placer le joint neuf, et refermer le couvercle de relevage.

Les trompettes sont en place.

Dernière étape, le règlage du jeu des arbres de roues.
Il doit être compris entre 0,05 mm, et 0,20 mm.

Ce règlage s'effectue par ajout ou suppression de cales entre le carter du roulement de roue,
et la trompette droite.